CONTOURNER L’ARTICLE 13 ? => Creative Commons !

Vous avez probablement déjà entendu parler de problèmes de copyright sur internet. Les droits d’auteurs ceci, les droits d’auteurs cela… Mais au fait, c’est quoi un droit d’auteur ?

Le droit d’auteur nait en Europe peu après la naissance de l’imprimerie. Il donne à l’auteur d’une oeuvre le droit de contrôler qui a le droit de la modifier et de la vendre. Très vite se sont créées des organisations pour gérer les droits d’auteurs et leur répartition, comme la SACEM, la SCAM par exemple.

Puis Internet arrive.

Avec l’arrivée d’internet, les sociétés de droits d’auteurs se sont retrouvées submergées d’infractions avec l’impossibilité de pouvoir tout contrôler. Les internautes s’amusaient à détourner et copier des images, des films, des textes, des musiques… La guerre est déclarée.

Pendant que les lois essayaient de s’adapter aux nouveaux usages avec des réponses aussi étranges que la création de Hadopi ou le fameux article 13 de la réforme du droit d’auteur de l’Union Européenne, d’autres internautes ont trouvé une faille permettant de contourner les limites du droit d’auteur traditionnel, en créant la Culture Libre.

Beaucoup de gens l’ignorent mais il n’y a pas forcément besoin de s’inscrire dans une société de gestion de droits d’auteurs pour profiter des droits d’auteurs. En revanche cela demande une base juridique solide. En s’inspirant du mouvement des logiciels libres et du projet GNU, l’association Creative Commons crée de nouvelles licences.

Contrairement au Copyright, le Creative Commons est un texte que chaque personne peut décider d’appliquer à l’oeuvre qu’il a créé. L’auteur de l’oeuvre peut facilement prouver sa paternité sur son oeuvre sans avoir besoin de passer par un organisme de gestion des droits. L’auteur peut aussi décider des droits qu’il souhaite s’attribuer ou non, dans le but d’encourager la diffusion et les remix de son oeuvre. A partir de ce moment, beaucoup de choses deviennent possibles.

Wikipédia, créé en 2001, place l’intégralité de son contenu sous licence Creative Commons en 2009. En France, des sites internet comme musique-libre.org (aujourd’hui Dogmazic) ou Jamendo permettent la diffusion de la musique libre de droit. Des sites de banques d’images libres de droits se mettent en place et les sites internet du monde entier les utilisent pour illustrer des articles légalement.

Merci à Wikimedia Commons et à Saber68 pour cette magnifique illustration sous licence CC BY-SA 3.0

Aujourd’hui, les licences libres ont tendances à se déployer de plus en plus. Avec la démocratisation d’internet et la perte de crédibilité des institutions classiques incapables de s’adapter aux nouvelles technologies, beaucoup d’artistes préfèrent se tourner vers la culture libre pour diffuser leur travail simplement.

Si vous êtes vous mêmes créateur d’oeuvres d’art ou de texte, n’hésitez pas à utiliser les licences libres, elles sont là pour vous. L’article que vous êtes en train de lire est lui même sous licence Creative Commons CC BY 4.0, alors partagez-le et modifiez-le pour informer les personnes de votre entourage. 🙂

Une réflexion au sujet de « CONTOURNER L’ARTICLE 13 ? => Creative Commons ! »

  1. Sinon pour les développeurs n’hésitez pas à partir sur des licences libres comme la licence BSD, mais pas la licence GNU GPL car cette dernière est très contraignante : il est impossible de changer la licence si vous changez d’avis ou que quelqu’un réutilise votre code, ce pourquoi je conseille plutôt la licence BSD 🙂

Laisser un commentaire